SENEGOLFE

 
Cousteau Escalade Séné Mairie 2012 Sene port anna
   
mardi, 07 avril 2015 22:04

Le logement social à Séné

 

1504 Séné logement sociaux

Le gouvernement vient de mettre en place un service qui offre enfin plus de transparence dans le dossier des logements sociaux.

Désormais, avec le site internet :https://www.demande-logement-social.gouv.fr/, les Français et les Sinagots peuvent rédiger leur demande de logement social, suivre leur dossier et visualiser comme le montre le document le parc de logements sociaux dans leur ville de Séné.

En avril 2015, il s'élève à Séné à 418 logements gérés par 3 entités :

vannes golfe habitat         Breatgne Sud Habitat logo                         espacil logo

http://www.vannes-hlm.fr/               http://www.bretagne-sud-habitat.fr/                           http://www.espacil.com/

 

Le document montre que sur un total de 418 logements, 68 logements ont changé de locataires en 2014 soit un taux de renouvellement de 16%, un sur 6 rédidents.

Au fil des ans, ce site impartial montrera l'évolution du parc et donc de la construction de logements sociaux.

NB : le parc de logements sociaux à Séné est en progression, il est récent et d'excellente qualité. Ce n'est pas le cas sur Vannes, où des logements restent inocuppés au grand regret des élus et gestionnaires. En effet, les quartiers de Kercado ou Menimur ne sont plus "attractifs". Des opérations de renovation urbaines devront être entreprises pour remettre au goût du jours ces quartiers et offrir des logements sociaux répondant aux souhaits des familles.

cependant à Séné, nous manquons de logements sociaux au regard de la loi SRU .

Avant de réfléchir à la situation sinagote, que nous enseigne l'expérience de la ville d'Antony dans les Hauts de Seine illustrée par cet article du Parisien ? 

Antony HLM

La ville d'Antony, dans les Hauts de Seine (92), a adopté les grands moyens pour rattrapper son retard en matière de logements sociaux.

Elle a acheté un immeuble entier et ses 247 appartements et la reclassé en HLM avec l'aide de l'office Antony Habitat. Quand on veut on peut !

Et si notre bonne ville de Séné, imitait cette initiative iconoclaste mais combien efficace pour "construire" du logement social ?

Les OPH (Office Public de l'Habitat) qui gèrent ses logements, seraient sans doute ravis de récupérer quelques logements sociaux supplémentaires et déjà "livrés" clef en main avec un locataire à l'intérieur.

Mais quelle est la situation à Séné ?

Selon les documents préparatoires à la révision du SCOT de l'agglomération de Vannes, que Senegolfe a pu consulter, la ville de Séné compterait 454 logements social et il en manquerait 372 pourt ateindre le seuil de 20%.. Le SCOT surévalue le chiffre réel fin 2014 de 418 logements sociaux à Séné. Il en manque donc non pas 372 mais 408 ! Il faudrait donc un total de 826 logements sociaux à Séné pour un total estimé de 4130 logements

Agglo logement social Séné

Cette valeur de 4.130 logements à Séné parait bien minorée car le Trésor Public comptait à Séné en 2014,  4.742 contribuables assujéttis à la taxe d'habitation soit autant de logements.

En fait, le calcul "légal" ne tient pas compte des résidences secondaires au nombre de 415 en 2010 et en progression de 15 par an soit 475 en 2014.

Sans les résidences secondaires, on obtient env. 4267 résident sinagots résidents qui payent la taxe d'habitation. Avec cette hypothèse, il faut à Séné env. 853 logements sociaux et il en manque donc env. 435.

NB : il y aurait entre 2-4 % de logements vacants soit 100 logements inoccupés. Une telle situation n'est sans doute pas liée seulement à la rotation dans les locations. Les services de la ville de Séné devraient mener une enquête approfondie, sonder un à un les propriétaires pour savoir ce qui motive la non occupation de ce parc de logements. Avec les besoins de nos concitoyens, ne pas louer son bien est très criticable. Il y aurait également env. 40 logements très dégradés à Séné sans doute parmi ces logements inoccupés. Mais pourquoi ne loue-t-on pas les 60 restants ? 

1307 Logement Social

Ce retard dans le logement subventionné a d'ailleurs valu à Séné de payer une amende pour non respect de la loi SRU.  Il faut donc rattrapper le retard.

La progression des constructions de logements à Séné peut être approché en suivant l'évolution du nombre de contribuables qui payent la taxe d'habitation à Séné (le trésor Public ne fausse pas les chiffres). On note environ 60-80 logements de plus par an à Séné. La loi impose un minimum de 30% de logements "subventionnées" ou sociaux dans les nouveaux programmes, soit 20 à 24 logements sociaux par an en plus. A ce rythme pour en construire 435, il faudra 16 à 18 ans. Patience aux familles qui sont en liste d'attente !

150225 séné contribuables

On sent bien que l'initiative de la ville d'Antony permet de faire rapidement un grand saut.

Mais où donc acheter des logements pour les transformer en HLM ?

On pense bien évidemment au quartier "Vent du Golfe" dont l'habitat est resseré et sans doute aux normes HLM ou mieux et pas trop cher. En cherchant bien on trouvra sans doute des propriétaires bailleurs désireux de se défaire de leur appartement ou de leur "maisonnette" comme à Bezidel. On est pas obligé d'avoir des ensembles complets en HLM. La mixité sociale peut aussi passer par des HLM ça et là dans des immeubles "normaux".

On pourrait même opérer par voie d'annonce dans la presse spécialisée  :

"La ville de Séné recherche appartements du T3 à T4 en bon état pour acquisition en vue d'un reclassement en HLM. Propriétaire désireux de vendre leur bien prière de contacter la mairie de Séné".

Séné Vents du golfe 

Mais où trouver l'argent pour faire de telles acquisitions immobilières ?

La ville de Séné dépense et dépense encore des millions d'euros pour des routes en béton et goudron où passent des véhicules qui émettent du CO² et des particules fines.

Sur la durée du premier mandat de Foucault, pas moins de 4 miillions d'euros ont été dépensés en voirie. Sur le prochain mandat, on annonce 12 millions d'euros de capacité d'investisseements.

Prenons l'hypothèse où Séné consacre 0.4 million d'euros par an de nos impots à l'acquisition de logements en propre par la ville de Séné, comme le ferait un "investisseur". Ces 400.000 euros sont un apport de 33% qui permettent de financer un projet de 1,2 million. Si on prend pour prix moyen de 120.000 euros par appartement, Séné peut acheter 10 appartements par an et les louer. Sur un mandat de 6 ans, les citoyens de Séné financeront 60 appartements en "SCI communale" en plus de la construction de logements sociaux des OPH qui en construisent bon an mal an env. 20-24 par an. L'effort de tous les Sinagots par leur impôt locaux n'est donc pas négligeable. Le rythme de construction est "boosté" de 50%.

Le retard de 435 logements est atteint en 12-14 ans au lieu de 18-20 ans. Avec un maire constant sur la politique du logement, en 2 mandats Séné s'est mise en conformité avec la loi .

Qu'on ne vienne pas dire que cela coûte cher ! A l'opposé des routes qui ne valent rien une fois construites, des appartements constituent un patrimoine commun qui ne perd pas de la valeur.

Les enquêtes et autres sondages montrent que la première priorité des Français (des Sinagots aussi) est d'avoir un travail et la seconde un logement.

Chaque Sinagot peut donc réfléchir sur l'initiative de la ville d'Antony et sur la pertinence de dépenser nos impôts en voirie quand tant de familles, de foyers monoparentaux, de femmes seules avec enfants et de retraités souhaiteraient avoir un toit et un loyer réduit.

 

 

   
© SÉNÉ GOLFE