SENEGOLFE

 
Cousteau Escalade Séné Mairie 2012 Sene port anna
   
vendredi, 24 mars 2017 20:44

Barrarach : faut-il faire (re)payer les entreprises?

Par une décision du conseil municipal de Séné en date du 12/12/2016, la petite zone de frêt à côté de la cale de Barrarach est devenue payante.

La presse locale a rapporté la décison de la ville de Séné et une réaction des usagers de l'Île d'Arz. Lire les articles de Ouest-France ci-dessous.

Senegolfe recommande à ces lecteurs de s'abonner à un quotidien, premier acte de citoyen !

 Barrarch FRET

Si la cale est gérée desormais par la Région, ses abords sont restés "propriétés" de la ville de Séné. On verra encore ici un exemple de "millefeuille" administratif qui complique les démarches des administrés.

Il faudrait rétrocéder à la Région la cale et ses abords pour plus de cohérence.

Ces administrés en question sont essentiellement les artisans et les commerçants qui entreposent sur le domaine public des marchandises le temps de les charger sur un bâteau et de ravitailler l'ïle d'Arz. Ces entreprises sont un rôle "social" très grand car ils permettent aux îliens de vivre "à peu près normalement" comme des "continentaux".

Payer pour le domaine public

La ville de Séné avance la necéssité de faire payer l'accès au "domaine public".

Il y a plein d'exemple où l'utilisation du domaine public est gratuit : ; quand on roule sur une rue ou avenue de Séné; quand on utilise un parking public devant le cimétière; quand on se gare derrière la mairie ou devant "Grain de Sel".

Même dans le cas d'activité commerciale cela peut-être gratuit : un camion qui vous livre le gaz ne paye pas pour s'arrêter devant chez vous ou rouler en ville. Un camion qui stationne sur la voie publique le temps de décharger sa marchandise ne paye pas non plus. Quand on laisse sa voiture place Penhouet pour aller chez le médecin ou chez Carrefour, ces commerces ne payent pas ces places de parking publiques dont elles bénéficient tout particulièrment.

En France on paye des impôt locaux qui servent à bénéficier gratuitement de l'accès aux services publics et au domaine public. Une entreprise commerciale paye également sa taxe foncière, son gas-oil..

Ce 1er argument de la ville de Séné n'est pas le bon, d'autant qu'il revient à "privatiser" le domaine public et dans ce cas par souci "d'égalité républicaine" tous les usagers de la place Tollens devraient payer : piétons et plaisanciers!

 

Fluidifier le "trafic" sur la place Tollens :

La ville avance un autre argument : fluidifier le transit aux abords de la cale. Un peu comme les parkings payant qui évitent les voitures "ventouses.

Un artisan qui se débrouille pour arriver à l'heure du bateau décharger son camion et charger le bateau ne paiera pas. Sans doute. Mais on lui souhaite une organisation d'horloger!

Cet argument s'entend mais la "zone de frêt" génère moins de nuisance que les plaisanciers en saison qui payent ou paieront l'accès àla cale mais pas leur passage sur la zone de frêt pourtant bien utile pour manoeuvrer.

 

Quel est le coût de la gestion des redevances ?

Le paiement de cette redevance d'entreposage de frêt va générer des réunions, des délibérations, des factures, des contestations, des courriers pour quel chiffres d'affaires ? Déduction faites des timbres, des courriers, des impressions quel sera l'avantage comptable pour la ville de Séné ? Sans doute pas mal de paperasserie pour une modique somme qui ne renflouera pas le budget maritime de la ville.

Cette mesure embête les entreprises et ne fera pas baisser les impôts des Siangots.

 

Un bel exemple de "désolidarité" intercommunale !

Cette mesure n'est pas solidaire des habitants de l'ïle d'Arz. Vivre sur une île est couteux. Faire payer des redevances aux artisans et aux commerçants qui oeuvrent pour les habitants de l'ïle d'Arz renchérira leur devis et leur produits.

Les Sinagots qui connaissent leur géographie savent bien que Séné n'est pas une île mais une presqu'île enclavée entre mer et Vannes. Nos voisins de Vannes nous font-ils payer l'accès au "continent" quand on traverse leur "territoire" ?

Depuis le moyennage on a fort heureusement supprimé les taxes de passage !

Vive la libre circulation !

Qui n'aime pas aller sur l'île d'Arz se balader sur les entiers côtiers ou se baigner ?

Faut-il réveiller la guerre des clochers pour quelques centaines d'euros !

Soyons solidaire des Ildarais !

 

1703 Barrach peage

 

1702 Sene Barrarach 2

Informations supplémentaires

  • Sondage: titre du sondage...
  • Votez : {acepolls 1}
Plus dans cette catégorie : « Centenaires d'hier et d'aujourd'hui
   
© SÉNÉ GOLFE