SENEGOLFE

 
Cousteau Escalade Séné Mairie 2012 Sene port anna
   
dimanche, 13 novembre 2011 11:33

Goavert Logements sociaux

Les échanges entre l’opposition et la majorité municipales nous montrent que la volonté de développer le logement social existe des 2 cotés.

Voilà au moins un acquis pour les Sinagots du moins dans les principes…

Le programme route de Goavert est le bienvenu : la parcelle en bordure de route et près du bourg n’empiète pas sur l’activité agricole ou sur l’environnement.

On déplorera le nombre élevé de T2, si on veut loger les familles et familles nombreuses.

Le Maire nous dit que le logement social coûte cher et que « c’est la commune qui met la main au portefeuille ».

Quand on connait le coût du projet du centre culturel « Grain de Sel », plus de 3 millions d’euros, il y avait là du financement pour la priorité des populations : se loger.

On espère que les bâtiments communaux libérés par le regroupement des activités culturelles à Grain de sel, sera affecté à du logement social…

dimanche, 12 février 2012 12:05

Les jardins familiaux ouvriront au printemps

Beaucoup de Sinagots habitent en appartements ; de nouveaux programmes immobiliers sur la commune concernent du logement locatif ; il y aura une part croissante de Sinagots à ne pas vivre en pavillon...

Par ailleurs, souvent dans des logements collectifs demeurent des familles modestes qui n'ont pas les moyens d'avoir un pavillon et un jardin ; elles trouveront dans ces jardins familiaux une possibilité de sortir de leur appartement, de s'évader et de cultiver son jardin.

On ne peut qu'approuver la mise à disposition d'une parcelle par la mairie de Séné.

C'est le premier jardin familial qui bénéficiera à quelque 50 familles et d'autres viendront sans doute compléter l'offre...

Cependant, on regrettera que l'association des jardiniers n'ait pas été constituée avant la création du projet ; par exemple les cabanes auraient du être montées par les futurs jardiniers...

Quel regret que le règlement actuel interdise aux Sinagots qui payent leur taxe foncière de ne pas pouvoir aller jardiner !

Beaucoup d'entre eux ont des parcelles mal exposées et devraient pouvoir bénéficier d'un potager. Certains pourraient faire part de leur expérience de jardinier et la mixité sociale autour d'un potager doit être favorisée.

Il faudra réviser le règlement qui doit avoir des règles d'attribution mais ne pas interdire aux Sinagots de pouvoir y prétendre. Question d'équité fiscale et de droit.

Par ailleurs on peut aussi déplorer la règle du quotient familial dans le loyer à acquitter.

Les sommes en jeu sont « dérisoires » de 40 à 100 € par an.

Avec le même tarif identique pour tout le monde, les services municipaux auraient des quittances simples à recouvrir ; par ailleurs ces subventions devraient se concentrer sur d'autres aides sociales plus onéreuses : cantine scolaires notamment.

De plus, il faudrait s'assurer que ces sommes couvrent le coût (hors foncier) des jardins familiaux. On attend de la mairie la publication exacte du coût des jardins familiaux....

Pour toutes les associations, il faut respecter une règle comptable identique : l'impôt et la Municipalité payent les investissements – dans ce cas la parcelle – et les membres de l'association acquittent par leur cotisation les frais variables : eau, énergie etc.

Il serait souhaitable que la Mairie délègue à une association le soin de fixer son propre règlement et les modalités de cotisation à l'association.

Rappelons que ce projet a eu un coût de 73.342 €ourmune.

 Jardinsfamiliauxbis

Le quotidien Ouest- France rapporte 4 thèmes abordés dans cette réunion de quartier

Liaison Le Poulfanc – Le bourg :

Une ligne de bus entre le bourg de Séné et le centre ville de Vannes est évidente : se rendre en ville, au port de Vannes, à la Préfecture etc… Qu’en est-il d’une ligne de bus entre le centre bourg de Séné et le Poulfanc ? Ne faut-il pas demander aux Sinagots pourquoi vont-ils au Poulfanc ? La plus part des services existent au bourg de Séné: mairie, médecins, pharmacies, boulangers... Le principal avantage de cette ligne de bus n’est-il d’atteindre le centre commercial Intermarché. Si on agrandit le centre commercial au bourg, cette ligne de bus sera-t-elle nécessaire ? Cette ligne de bus a aussi certains inconvénients : elle ne servira qu’en journée et le Centre Culturel n’en bénéficiera pas pour les spectacles en soirée ; Les habitants du Bourg risquent de délaisser les commerces du Bourg au profit de ceux du Poulfanc et à terme de mettre en péril les commerces du bourg qui bénéficient aussi aux habitants de la presqu’île. La pertinence de cette ligne n’est donc pas évidente…..

Assainissement :

La particularité de Séné est d’être composée de hameaux avec des habitations dispersées. On ne peut qu’encourager les mises aux normes des fosses septiques et le raccordement de ces habitations à un réseau d’assainissement. Les phosphates contenus dans les lessives et les détergents comme les nitrates sont aussi à l’origine de la prolifération des algues vertes.

Sécuriser la route de l’hippodrome :

On a installé des chicanes sur la route de Kernipitur et donc on favorise le transfert du flux de véhicules sur la route de l’Hippodrome. Il est illusoire de penser que les riverains de cet axe auront moins de nuisances de circulation dans l’état actuel des choses. Ralentir les véhicules réduits les accidents mais ne réduit pas les nuisances sonores et les risques en sortant de sa propriété qui débouche sur la route… La déviation de la route de l’hippodrome à l’ouest, en partie sur le tracé de la piste cyclable atteindrait ce but mais cela consommerait des terres et couterait à la commune. Cette question devra être débattue lors de la prochaine campagne des municipales. Voir ci-dessous photo-montage.

Tunnel piétonnier :

Dans cet esprit on peut s’interroger sur la pertinence du passage souterrain entre les quartiers de l’hippodrome et la rue du Poulfanc qui va vers Limur. Certes il peut y avoir des nuisances sonores, des débris de verres mais ce type de passage souterrain sécurise à 100% le franchissement de l’avenue Mitterand qui demain avec le percement du tunnel de la Rabine verra le nombre de véhicule augmenter. Ce tunnel contrairement à un rond-point ne génère pas de bouchons, respectent les véhicules, ne nécessite pas d’autres investissement par ces temps de crise. Piétons et cyclistes qui utilisent ce tunnel pour aller du Poulfanc vers l’Hippodrome et le Bourgs l'apprécient. Il faut réfléchir à des mesures pour éviter les quelques nuisances enregistrées pour les riverains : Par exemple le passage de la police municipale les vendredis et samedis soirs pour casser les habitudes de regroupement.

 

Sene Route Hippo 1

Sene Route Hippo 2

Page 6 sur 6
   
© SÉNÉ GOLFE